Mode d’emploi : comment vivre le moment présent ?

Crédit photo : Brigitte lukic – https://www.flickr.com/photos/brigitte_retouche_photo/

Imaginez… Vous êtes à une terrasse de café au bord de mer, avec votre boisson préférée. Visualisez vraiment la scène. Il fait beau, le ciel est d’un bleu azur, vous avez devant vous la plage, la mer, le ciel bleu azur, un soleil éclatant et une légère brise rafraîchissante. C’est l’été, vous regardez les enfants jouer et les adultes bronzer. Vous buvez votre boisson favorite. Le goût éclate dans votre bouche, la fraîcheur coule le long du trajet dans votre corps, vous rafraîchissant instantanément. Vos muscles sont détendus, votre respiration profonde et lente. Vous entendez les vagues, les cris de joie des enfants. L’instant présent est parfait. Vous ne pensez à rien d’autre. Vous vivez pleinement le moment présent.

Ceci peut-être une scène idyllique de vacances. Rien ne semble gâcher ce moment. Sauf si vous vous mettez à penser à votre découvert à la banque, ou à votre petit dernier qui pique régulièrement des colères. Ou encore si vous ressentez de la culpabilité parce que, dans votre famille, çà ne se fait pas de prendre un moment seul pour soi en terrasse de café.

Comment reconnaît-on que l’on est dans le moment présent ?

Être dans le moment présent est à la fois extraordinairement simple et difficile. Le principe est de ne vivre que ce qui se joue au moment où vous êtes. En ce moment, vous lisez cet article. Si vous vivez le moment présent, vous êtes à fond dans votre lecture. Vous ne ressentez que le confort (ou l’inconfort) que vous procurent les mots écrits ici.

Personnellement, quand je suis dans le moment présent je suis déjà à 100% dans le ressenti du corps. Je ressens tout mon corps, la tension des muscles, où il est chaud, où il est froid, s’il y a lieu les douleurs. Je ressens chaque mouvement, le goût dans ma bouche (surtout si je viens de manger ou de boire quelque chose), je sens les odeurs. Mon sens du toucher me donne des informations sur mes habits également. Tout cela en même temps.

Je suis aussi à 100% avec mon environnement. Je ressens mes cinq sens en même temps.

Cela me permet de ressentir un grand calme. Mes pensées sont au ralenti. En ce moment, je n’ai que les pensées qui concernent l’écriture de cet article. Je ne m’inquiète pas à propos du futur, je ne m’inquiète pas de savoir s’il est « bon » ou s’il sera lu ou non…

« J’ai tellement de pensées qui tournent dans ma tête, comment me (re)connecter au moment présent ? »

Le plus rapide, le plus simple et le plus efficace est de revenir au corps. Donc à ressentir ce que je décris dans la partie précédente.

Comment revenir au corps quand on n’a pas l’habitude ?

Par la respiration. Ce que je fais faire à mon fils de 8 ans, c’est de s’asseoir le dos droit (ou de s’allonger, mais assis c’est mieux), fermer les yeux, mettre les mains sur le ventre et ressentir le ventre qui gonfle et dégonfle au rythme de la respiration. Je lui fais également écouter son souffle.

Personnellement, je ressens en plus ce qui se passe dans mon corps.

On reste ainsi ensemble 10 minutes le matin avant l’école. Lorsque nous sortons de cette méditation, lui autant que moi sommes connectés au moment présent.

Cela peut se faire à tout moment de la journée. Je l’ai fait en réunion ou en discussion face à face, yeux ouverts, tout en continuant à écouter mon interlocuteur. J’ai alors pu me recentrer lorsqu’au bout d’un moment mon esprit s’évade.

Être dans le moment présent, cela veut-il dire que l’on ne fait plus de projets et que l’on ne pense plus du tout au passé ?

Le but est tout de même de rester connecté à la vie de tous les jours. Vivre dans le moment présent, cela ne veut pas dire ne plus programmer des actions à faire. On peut toujours faire des projets. Simplement ces projets ne prennent pas « toute la place ». C’est aussi arrêter de se faire du souci ou d’avoir peur du futur (peur de ce qui se passerait si l’on perdait son emploi, ou si on se retrouvait à la rue, peur d’avoir à nouveau à faire un jour à quelqu’un qui nous a fait souffrir). Le plus souvent, dans le moment présent, nous n’avons besoin de rien.

Nous pouvons bien entendu évoquer des souvenirs du passé. Mais ceux-ci, tout comme les projets ou les peurs du futur, ne prennent pas « toute la place ».

En fait, vivre dans le moment présent c’est penser au passé et au futur pendant des moments précis et ensuite revenir dans le présent. C’est un processus maîtrisé.

Pourquoi est-ce si difficile d’être dans le moment présent et comment faire quand se connecter au corps ne suffit pas ?

Si vous pensez que c’est difficile, alors c’est difficile. Vous pouvez peut-être même me lister toutes les raisons pour lesquelles c’est difficile pour vous d’y être. Les soucis que vous vous faites, les peurs, les émotions et réactions incontrôlées, le mental qui s’emballe et toutes les pensées qui vous assaillent lorsque vous essayez de vous calmer. Mais aussi le fait de vouloir que certaines choses de votre vie soient autrement.

Alors déjà il ne s’agit pas d’arrêter ses pensées. Il s’agit de choisir de ne penser qu’à ce qui se passe là maintenant. Le mental et l’esprit ont horreur du vide. Si vous essayez d’arrêter de penser, vous allez êtes submergés car à ce moment là votre mental et votre esprit vont vous envoyer de quoi combler le vide que vous essayez de faire.

Le mode d’emploi concret

Au début donc, vous pouvez penser à votre corps en vous disant mentalement comment vous ressentez votre corps. Si vous avez chaud, froid, mal quelque part, ou si au contraire tout va très bien. Faites cela en passant en revue votre corps en partant du bas : vos pieds, vos chevilles, vos mollets, vos genoux etc…

Si vous vous décidez à faire régulièrement des médiations sur la respiration avec les mains sur votre ventre, en plus de sentir le ventre se gonfler et se dégonfler pensez : « mon ventre gonfle » puis « mon ventre dégonfle ». Vous pensez consciemment et volontairement à votre ventre.

Entraînez-vous à revenir volontairement au présent. Vous pouvez mettre une sonnerie sur votre téléphone qui vous rappellera toutes les demi-heures ou toutes les heures à vous connecter au présent. Plus vous le ferez, plus cet état deviendra habituel et facile à retrouver.

Il est toujours possible que des éléments du passé vous aient appris à sortir du moment présent (comme un traumatisme, l’éducation…). Il sera vraiment utile de s’en occuper car sinon il sera effectivement difficile, voire impossible de vivre ce moment présent.

Le lâcher-prise est aussi un excellent moyen de revenir ici et maintenant. Je vous invite à lire son mode d’emploi.

Enfin, comme tout état de conscience, vivre le moment présent est facile à générer et à conditionner. Cela s’apprend, et comme tout ce qui s’apprend, vous pouvez bénéficier des outils d’accélération d’apprentissage.

Un bonus

En bonus, je vous mets en partage la méditation que je faisais avec mon fils quand il était plus jeune (il a 8 ans actuellement).

C’est pour les enfants, certes, mais c’est une méditation très puissante quand elle est faite correctement. Il n’y a rien de plus, rien de moins à faire, elle est simple et rapide et permet de se connecter à la respiration. Quand vous arriverez à entrer en méditation au tout début de la séance et qu’elle vous semblera trop courte, vous pourrez chercher autre chose. Si vous avez des enfants, je vous recommande chaleureusement le livre « calme et attentif comme une grenouille » qui contient un CD dont est extrait la méditation ci-dessus.

Allez, elle ne dure que 4 minutes. Et si vivre cette méditation était votre premier pas pour vivre le moment présent ?

Si vous avez des questions, contactez-moi ou laissez un commentaire. Vous pouvez également me retrouver sur ma page facebook.

Partager sur

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *